Oeuvres

1980-2020 : 40 ans de peinture

2019

2019-2020

De près,

De loin

​« Territoire(s) »

2019

24- Le cri 1 -       100 x 81 cm 2019.jp

​« Autour de Rodin »

2020

​« L'assemblage des lieux »

2018

2018

Retour à

l'ombre

​« Les espérances des cendres »

2018

VIGNETTE-Les Immortelles.jpg

​« Les Immortelles »

2018

​« Chaque jour est un arbre »

2018

​« Nous risquons les aubes anthracite »

2016

2016-2017

Paroles

en ruine

Série-Apparition(s)---Sans-titre--format

​«Apparition(s)»

2016

Vestige(s)-V-101x122.jpg

​« Vestige(s) »

2016

31-Peindre_une_bibliothèque-I---150x200c

​« Peindre une bibliothèque »

2016

​« L'étoffe de l'univers »

2017

45-45-X-64cm------2017---Copie.jpg

​« Mare Nostrum »

2017

VIGNETTE-1- L'ESPOIR .jpg

​« Miroir des sentiments »

2015

2015

Lignes

de

feu

​« Invitation au voyage »

2015

VIGNETTE.jpg

​«Les Remarquables»

2015

​« Le désir d'être un volcan »

2015

​« Rallumer les étoiles »

2014

2014

Étincelles

d'or

​« Nous sommes nés d'une poussière d'étoile »

2014

1--Minotaure-160-x-120-cm-2014.jpg

​« Le Minotaure »

2014

​« Couronnement »

2014

​« L'Immensité  intime »

2013

Errantes

Odyssées

2013

chute-icare.jpg

​« La Chute d'Icare »

2013

nous-avons-bu-pluie.jpg

​« Nous avons bu la pluie »

2013

romane.jpg

​« Romane »

2013

​« Alentours du dessin »

2012

2011-2012

Souffles &

Songes

encore-jour-ciel.jpg

​« Encore un jour à regarder le ciel »

2010-2011

paysages.jpg

​« Les Paysages »

2011

selva.jpg

​« Selva Oscura »

2012

​« Montagnes Sacrées »

2012

boeuf-ecorche.jpg

​« Bœuf  Écorché »

2007-2009

2007-2011

D'étranges

fleurs aux Vanités

etranges-fleurs.jpg

​« D'étranges fleurs »

2008

a-fleur.jpg

​« À fleur de terre, à fleur d'eau  »

2009

1--Hommage-%C3%A0-Philippe-de-champaigne

​« Ni le jour, ni l'heure »

2009

​« L'homme de toutes les douleurs »

2010

corbeaux.jpg

​« Invocations aux corbeaux »

2005

2005-2007

Mélancolie

Baroque

oublies-monde.jpg

​« Les oubliés du monde »

2005

0-Celliste--77-x-56-cm-2002.jpg

​« Cello »

2006

venitienne.jpg

​« Suites Vénitiennes »

2004-2007

​« Entre terre

et ciel »

2004-2005

portrait-arbres.jpg

​« Portraits d'arbres »

2006

0--Lieu-100-X-100cm-2006.jpg

​«Lieux» & «Mortier»

1997-2004

La lente

remontée

des images

1997-1999

d-un-signe-a-l-autre.jpg

​« D'un signe à l'autre »

2001

0--Il%C3%B4t------------------45-x-42-cm

​« Hors de portée »

2000

0-Peau-d%27homme-65-x-50-cm-2000.jpg

​« Peau d'homme »

2000

​« Ça respire encore »

2001-2003

0-Figure-nomade-----25-x-22-cm-2004.jpg

​« Figures nomades »

2001-2005

0-Gran-corpas--137X76cm---2005.jpg

​«Gran Corpas»

1980-1995

L'abstraction

1980-1995

0-Sans-titre-160x-120cm--1980.jpg

L'abstraction

Fabrice Rebeyrolle, un peintre gardien du feu​

de Sylvie Fabre G .

La source est de terre, d’air, d’eau et de feu, et aussi de langage.​

Dans l’œuvre de Fabrice Rebeyrolle, peintre né en 1955  qui aime lire la poésie et travailler avec les poètes, nous vivons cette origine perpétuellement renaissante, dont parle Rousseau, qui unit dehors et dedans, fin et commencement, mots et silence, homme et Dieu en une relation intime et cosmique.

          ​​Depuis les années 80, sa peinture semble mystère du regard porté sur le monde et l’humain,  quête de la lumière, celle jaillie aussi des ombres et de l’abîme,  par lesquels la matière atteint sa vraie dimension physique et spirituelle.
L’artiste utilise différents supports, toile, papier, carton  ou bois dont le choix est déjà une décision de langage et différentes techniques, peinture, mais aussi gravure, collage, estampage, marouflage, livre-objet pour poursuivre, en un mouvement continu, un processus d’intériorisation et de transformation où le corps sujet du peintre dialogue avec le corps objet de l’œuvre. Lui-même n’a- t-il pas déclaré : je peins, je suis peint, comme si la chose retrouvait en lui genèse et pulsation, comme si la matière devenue chose, le tableau, en son expérience, devenait objet de sensation?


          La première période, celle de l’abstraction pure,  révèle déjà l’essence d’une œuvre élaborée à partir de l’émotion,  dont elle est un prolongement, et où tout l’être, corps, âme, inconscient, est engagé. Les tableaux, Sans titre, jusqu’aux années 90, jouent sur la frontalité, la planéité de la toile, la rencontre de l’épaisseur des pâtes avec la fluidité des glacis, et un chromatisme dominé par les bleus, les rouges, les ocres et les gris, tonalités colorées qui resteront premières jusque dans les plus récents. Ils mettent en scène la volonté de parvenir, par-delà chaos, intensité et bouillonnement, au sens et à l’harmonie. Vrai travail de création où ce qui est indifférencié et éternel va peu à peu prendre temps et forme. Ainsi vont apparaître, dans les toiles, des résurgences : signes puis titres et enfin figures qui sont autant de nouvelles approches d’un même but : Désenfouissements (1996), Corpus (1997), Passage (1999), En partance, Mutations (1999), et toute la série des Ptômas réintroduisent la figuration et la lient à l’interrogation métaphysique qui hante le créateur.
   ​

          Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous ? Autant de questions qui résonnent aussi dans les œuvres des années 2000 en matière pure, huile, cendres, suie, goudron, charbon et bien sûr pigments, tant la couleur est toujours véhicule des sens et de l’esprit dans l’œuvre de Fabrice Rebeyrolle. Sa peinture n’en épouse pas pour autant la discontinuité, comme il s’en est inquiété dans ses notes d’atelier,  mais la vérité unique du geste et l’avancée de la quête. L’élan qui l’anime travaille en surface et profondeur, révélant le proche et les confins, creusant le secret du réel, l’archaïque, les blessures, le désir et la mort. Peau d’homme, Morceaux pour l’éternité, Postura , Hors de portée, Hombre, Planètes de la mélancolie interrogent inlassablement la peinture dans son lien au corps, comme squelette et peau, incarnation nomade, présence-absence, amour et disparition. Les sujets des tableaux expriment l’entièreté de la condition humaine et annoncent les dernières œuvres, ces Vanités de 2010 qui nous rappellent la vie périssable, la perte inéluctable. Une conscience qui a déjà engendré peut-être, en 2009, le surgissement de la figure du Christ, L’homme de toutes les douleurs, ce visage parfait de l’humanité vu comme possible retournement, Défiguration, et peut-être rédemption et transfiguration.
   
         Fabrice Rebeyrolle épouse le temps en le brûlant dans l’instant de grâce. Sa peinture rend visible l’invisible qui fond et meut la réalité. Elle nous offre l’austérité, la méditation et le silence et nous pose au bord du périssable pour rejoindre l’impérissable en œuvre. Elle mêle la fragilité des règnes en faisant bouger le miroir des eaux, se dresser les silhouettes d’arbres qui nous ressemblent A la lumière d’hiver.

Rayonnante, rigoureuse, elle nous dévoile La promesse des fleurs, Coquelicots ou Ancolies (2009), mais aussi tout l’éphémère du vivant marqué par la dévastation. Les titres des dernières toiles, Soleils noirs, Fleurs obscures, Fleurs du mal, disent dans un subtil jeu de couleurs la mélancolie du monde et son inachèvement. La suite des Corneilles et Les chers corbeaux délicieux (2010) au dessin précis font entendre le cri muet du noir. Immobiles comme la barque, Dérive(2009), ses oiseaux témoignent de l’entre-deux, du ciel si bleu et de la terre très nue, qui signe la séparation. Le peintre, face à ce qui se dérobe, rêve alors d’un Pays perdu d’avance, vaste espace de songe et de lumière, patrie de l’âme, Ciels de terre où poussent d’Etranges fleurs que nul ne voit et où tombent Des neiges en blancs bouquets d’étoiles parfumées.

Par ce don d’incertitude qu’il nous fait, nous recevons le miracle de la beauté.


         Dans la série des ciels qu’il vient d’achever, il se tient derrière la grande verrière de l’atelier et regarde le paysage du ciel en ces infinies métamorphoses : formes, couleurs et lumière où le silence respire à sa manière de nuages et de pensées flottantes. Une vie à haute altitude qui nous ouvre à une naissance ancienne et calme nos exils par les prodiges de la vision.

          Comme la poésie, la peinture peut nous donner l’intelligibilité terrestre et, au-delà, l’intelligibilité de ce qui n’est pas de la terre. Celle de Fabrice Rebeyrolle qui allie idée et matière, forme, signes et couleurs, retourne à la source de la pensée, du langage  et de la vie qu’elle renouvelle. Elle crée un monde matériel et spirituel où nous nous tenons avec lui, créateur et créature,  dans la joie, le tourment et le mystère d’exister.

                                                                                                           
Sylvie Fabre G ., In revue Nunc, Octobre 2010