2013

Errantes

Odyssées

2013

chute-icare.jpg

​« La Chute d'Icare »

2013

nous-avons-bu-pluie.jpg

​« Nous avons bu la pluie »

2013

romane.jpg

​« Romane »

2013

​« Alentours du dessin »

2012

« La Chute d'Icare  »

Le mythe d’Icare


Dédale et son fils Icare, retenus prisonniers dans le labyrinthe du roi Minos en Crète,
tentèrent de s’échapper en confectionnant des ailes à l’aide de cire et de plumes.
Dédaignant les conseils de Dédale, Icare vola trop près du soleil.
Son imprudence provoqua la fonte de ses ailes, sa chute et sa noyade dans la mer.

« Icare, Icare, où es-tu? En quel endroit dois-je te chercher? » crie Dédale, par la voix d'Ovide dans Les Métamorphoses, avant d'apercevoir quelques plumes flottant à la surface de l'eau. L'orgueil d'un homme est puni par la pire des souffrances, la perte d'un enfant.

 

Le peintre vise-t-il la même démesure ? L'art, dans son éternel désir de l'ailleurs, contient-il irrémédiablement son propre échec ?

Or ce qui est montré ici, dans cette suite de tableaux, ce n'est pas un lointain défendu, ni une élévation refusée. C'est la condition humaine. Union, transmission, séparation, rage et souffrance. Et amour.

 

La peinture de Fabrice Rebeyrolle est chaque fois l'histoire d'une métamorphose. Comment dire le ciel avec de la terre, comment faire de la cendre un océan ? Comment changer l'irruption mentale en matière picturale ? L'épaisseur, la fragmentation, le relief et une troublante unité font de la rencontre de ces tableaux une expérience autant tactile que visuelle.

 

Dédale et Icare: supporter la dure loi de vivre et de mourir.

Pour le dire autrement: Fabrice Rebeyrolle sait que le premier langage c'est le conflit créateur entre l'ombre et la lumière.

 

Emmanuel Merle , Dédale et Icare, Juin 2013

 

 

 

Aile(s)

Sélection de papiers

Plume(s)