1997-2004

La lente

remontée

des images

1997-1999

d-un-signe-a-l-autre.jpg

​« D'un signe à l'autre »

2001

0--Il%C3%B4t------------------45-x-42-cm

​« Hors de portée »

2000

0-Peau-d%27homme-65-x-50-cm-2000.jpg

​« Peau d'homme »

2000

​« Ça respire encore »

2001-2003

0-Figure-nomade-----25-x-22-cm-2004.jpg

​« Figures nomades »

2001-2005

0-Gran-corpas--137X76cm---2005.jpg

​«Gran Corpas»

2000

« Ça respire encore  »

Les métamorphoses du corps est un thème récurrent dans l’histoire de la peinture.

Pour moi, le corps immuable n’existe pas, il n’est qu’une illusion métaphysique.

La gravité des images  est une façon de se mesurer au monde.

Le corps est le lieu primordial de l’image, le corps habite l’image.

 

Ces personnages esseulés évoquent l’aspect à la fois sombre et initiatique du corps qui parle.

Le corps ne se donne jamais. Soit il est trop près, soit il est trop loin.

Le fond crée la distance, il faut chercher un point d’où l’on pourrait percevoir la vie qui organise le corps.

Le corps est tout seul, tout nu si j’ose dire, il est présence de ce qui va s’absenter.

Il est devenu le signe de la finitude qu’il faut penser dans un rapport à l’infini.

 

Fabrice Rebeyrolle, notes d'atelier, 2000

Exposition Encore

 

Abbatiale d'Essôme sur Marne

2012

Catalogue

Show More
Show More
Show More

L'habit Rouge - 152 x 75 cm